mardi 23 juin 2015

En attente de la reprise du pétrole

On joue depuis plusieurs mois un scénario répétitif: le cours des pétrolières augmente pendant deux jours, puis s'écroule rapidement perdant tout gain enregistré. Ce scénario se répète depuis le début de l'année...

Je me dis qu'il est temps de regarder pour investir dans ce secteur pour profiter de la hausse, mais il semble que celle-ci ne sera pas pour bientôt.

Achat potentiel:Husky...

mercredi 6 mai 2015

Vente de Canam (CAM)

Titre acheté en octobre dernier lors de la mini correction, le manufacturier Canam ne fait plus partie de mon portefeuille, vendu à $14.00 hier.

En fait, l'achat de Canam était hors norme, la compagnie ne rencontrant pas les objectifs à long terme du portefeuille (dividende entre 3 et 5% et croissance du dividende) mais représentait à 10$ une possibilité de croissance à court terme interessante. J'envisageais une croissance d'environ 40% sur une période de trois ans... le 40% a été atteint en un peu plus de six mois.

jeudi 23 avril 2015

L'illogisme du gouvernent fédéral

Ok, je ne comprend pas la logique du gouvernement fédéral vis à vis les FERR.

D'un côté, on annonce que le retrait obligatoire pour le FEER à partir de 71 ans sera réduit d'environ 2% passant de 7.38 à 5.28% pour 71 ans. La diminution semble logique, d'autant plus que le retrait à 70 ans était de 5%. Mais la vraie question est pourquoi?

Officiellement, le but est de permettre aux personnes âgés de conserver l'argent à l'abri de l'impôt plus longtemps, mais c'est inutile, car le CELI vient d'augmenter de $4500 par année...

Mais qui en profite? Pour pouvoir profiter du cadeau du fédéral considérant le cadeau CELI, il faudrait qu'une personne ait 380000$ dans son FERR.




lundi 20 avril 2015

Objectifs Financiers

Existe-t-il un autre but à gérer un portefeuille d'actions que d'atteindre une indépendance financière? Probablement, sauf que ce n'est pas mon but. Je vise avant tout à assurer notre sécurité financière à la retraite tout en pouvant continuer de jouir de la vie.

Il ne fait aucun doute que la pension que recevra mon épouse et la mienne nous assurerons d'une sécurité de base, toutefois, si on désire continuer à voyager aux quatre coins de la planète, il nous faut un fond voyage et c'est le but premier de nos investissements REER.

En date d'aujourd'hui 80% du montant requis du fonds voyage est accumulé et sans aucun autre investissement, le montant total sera atteint en juin 2019 avec un rendement de 6.5%.

L'achat du terrain pour la construction de notre future maison ainsi que les frais d'architecte utilise notre marge de crédit résidentielle à près de 30%. L'objectif est le retour à zéro de cette marge de crédit pour juin 2019.

Les REER sont actuellement à 100% et on devrait continuer à contribuer au maximum (on retire des REER du côté de mon épouse et je les remets avec contribution du conjoint, sauvant ainsi 11% d'impôt).

Du côté CELI, seulement à peine 5% du plafond utilisé, mais ce n'est pas une priorité pour le moment. Toutefois, on prévoit optimiser les retraits REER au maximum et ces sommes trouveront refuge dans les CELI au cours des prochaines années. De plus, les revenus de pension pour les premières années dépasseront nos dépenses et en attendant que l'inflation diminue notre pouvoir d'achat, les surplus seront mis dans les CELI, en autre par l'augmentation de la limite à $11000, ce qui donnera un montant de près de 90 000$ par personne en 2019.



mardi 14 avril 2015

Titres pétroliers et autres sujets

C'est vraiment le secteur où j'ai eu le moins de succès. Après avoir réduit considérablement le rendement de 2014 et hypothéqué le début de l'année 2015, ce secteur montre des signes d'encouragement. Les dividendes ont été réduits, mais la moyenne est bonne depuis environ quatre semaines avec des gains hebdomadaires.

J'ai résisté à la tentation d'acheter davantage de titres pétroliers principalement à cause du dividende qui diminue trop facilement en cas de baisse du prix du brut. En effet, contrairement aux banques et aux compagnies d'assurance, les pétrolières ne peuvent augmenter leur prix ou frais selon leur profits, elles dépendent entièrement du marché.

Rendement net depuis le début de l'année: 5.4%, ce qui est comparable au TSX à 5.3%. Le Dow Jones se maintien de peine et de misère au dessus de 0.

6 achats et 4 ventes depuis le début de l'année. Si je n'avais rien fait, le résultat serait le même :-)

Aucun achat en vue, aucune vente en vue.

mercredi 18 février 2015

On fait le plein des banques

La vente d'Agrium et l'entrée de dividendes (environ $800 par mois) avait augmenté mon niveau de liquidité, mais la baisse du secteur financier a rendu certains titres très intéressant.

CM - CIBC : Achat à 89$ le 31 janvier, le dividende de $4.12 représentait un rendement de 4.63%! Depuis ce temps, le titre a augmenté à 95.39$, pour une croissance de 7.2%. J'avais vendu en mai 2014 une portion de mes actions à 98.25$.

FIE: Ishare secteur financier : Achat à 7.04$, avec un dividende de 6.8%. Le titre a augmenté à 7.21$ depuis l'achat du 31 janvier, c'est-à-dire de 2.4%.

La morale de cet investissement, c'est que le secteur financier fluctue grandement par les temps qui cours (CM est passé de 103$ à 88$ en quelques semaines avant de remonter à 95$). Il est donc essentiel de maintenir un certain niveau de liquidité afin de profité des aubines qui se pointent sur le marché.


jeudi 22 janvier 2015

AGRIUM - Vente

Le 20 février dernier, il y a onze mois, j'écrivais:

Nouvel achat: Agrium à 96.80$ avec comme objectif de faire mieux que TCM et RPL.

Agrium Inc is a retail supplier of agricultural products and services in North and South America and producer and marketer of agricultural nutrients and industrial products. The Company produces nitrogen, phosphate and potash.

Dividende trimestriel de 0.75$, c'est-à-dire 3.32%. Maximum des 52 dernières semaines est de 113.43$ et le minimum à 83.46$. Capitalisation de 13.9B$ et une couverture du dividende de près de 400%.

On est loin ici de la haute technologie ou de la mode, par contre Agrium vend de par le monde et les engrais chimiques ne sont pas un bien de consommation élastique. Si la matière de base - potasse- augmente, le prix est refilé au client ainsi qu'une marge de profit additionnel. Je considère cet achat comme étant un placement défensif, le spectre d'un repli du marché étant encore et toujours à l'horizon.

Objectif à long terme: 20% en décembre 2016, c'est à dire $10 de dividendes et 9$ de croissance à 104$.


Et bien, un autre titre de croissance lente qui quitte mon porte-feuille. Le titre a atteint $130 et je l'ai vendu après une croissance de 33.20$ (35% et 3% de dividendes). J'espérais atteindre cela en décembre 2016.

Le titre demeure un bon titre, mais des rumeurs d'achat gonfle le prix, rendant le titre moins intéressant. Si le titre redescend à 110$, il sera probablement un achat.